Pour l’amour des haïkus

L'envol des haÏkus, recueil
Couverture du recueil L'envol des haïkus.

Haïku, deux syllabes, un i tréma. Un mot japonais, mystérieux. Pour vous aussi ?

17 syllabes, juste le temps d’une respiration, à la croisée des peut-être et des toujours. Le haïku fige la vie en ses mots.

C’est un exercice d’écriture, empreint de spiritualité, lié historiquement au Japon et à ses saisons.

Je vous aide à en savoir davantage sur ce style de poésie bien particulier.

Revue historique sur la naissance des haïkus japonais

Apparu, il y a 10 siècles dans la petite île du Levant (Japon), le haïku est un art ancestral.

Le tanka, très ancien est l’ancêtre du haïku. Il fait partie du genre haïkaï répandu dès le 16e siècle au Japon. Il fonctionnait sur la base du rythme 5/7/5 ou 7/7 vers.

Le premier verset donc, en 5/7/5 porte le nom de hokku. Un ensemble de hokku forme un renga.

C’est Basho, maître dans l’art du haïku qui privilégia le hokku.

C’est courant du 19e que le poète Masaoka Shiki rendra populaire le hokku seul. Il prendra alors le nom de haïku.

En France, ce sont des revues littéraires qui ont diffusé et mis en avant cet art sous la houlette de passionnés de culture japonaise, les orientalistes.

On doit à Paul-Louis Couchod, un philosophe, la diffusion et la connaissance des haïkus. Il incite un cercle d’amis à écrire. Les poètes de l’époque, Paul Eluard, André breton trouvent un regain de liberté dans cette structure littéraire.

Puis, étonnamment, la première guerre mondiale donnera matière à nourrir des haïkus. Ils seront diffusés en grand nombre dans les journaux.

Mes haïkus

Ce qui me séduit dans cette forme de poésie, c’est cette apparente sentence qui appelle le silence et l’étonnement, la méditation et le lâcher-prise. Une parenthèse, un îlot, une bulle !

J’ai essayé de relever le défi d’écrire un haïku chaque dimanche sur mon compte Instagram pendant 1 an. J’y ai parfois préféré des haïkus «hors saison».

Ce défi prend fin le 8 décembre 2019. Il n’est pas facile en définitive de créer un poème percutant chaque semaine dans mon emploi du temps chargé ! Le haïku ne se conçoit pas dans une logique d’obligation ni de production.

Donc, je ne crois pas que je reproduirai cette expérience sous cette forme-là.

Une aventure littéraire au service d’une bonne cause

J’ai par contre participé à une autre aventure : un recueil de haïkus publié en ebook et bientôt en version papier.

Parti d’un roman et de l’idée d’Alice Quinn de créer un groupe Facebook dédié, ce recueil va servir une cause : des actions menées en faveur de la lecture par l’association Silence on lit. Le recueil se nomme L’envol des haïkus.

Des dizaines de personnes d’horizons et d’âges variés ont concocté des haïkus pendant quelques mois. Une sélection a été effectuée pour parvenir à un recueil homogène. Nous avons bien sûr donné nos droits d’auteur à l’association.

Voici quelques-uns de mes haïkus retenus :

Echelle de temps,

temps de vie, chronomètre,

maître ces temps-ci.

Renoue tous les fils

de laine et d’émotion,

suis le fil coton.

Dans tous ces livres,

mot à mot, tissent au corps,

des vies sans âmes.

Please follow and like us:
Carole Bessiere
Rédactrice de contenus web, autrice de fiction, community manager, relectrice et correctrice.
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Instagram