La naissance d’une histoire sur le handicap, Maeva et Clara

Maeva et Clara, une histoire sur le handicap
Maeva et Clara, une histoire sur le handicap

Je voudrais vous parler d’un projet d’écriture pour enfants sur le thème du handicap. Ce projet est arrivé à son terme. Il devient un objectif d’édition.

À vrai dire je n’avais pas l’intention d’écrire sur le sujet du handicap, mais l’inspiration est venue d’une situation que j’ai observée.

Et ce projet d’album jeunesse s’est concrétisé par une autoédition en ebook.

Raconter la vie d’une famille inclusive

Maeva et Clara, c’est un duo, mère et fille. Je connaissais déjà Maeva (c’est un pseudo) et il s’est écoulé des années avant que je la revois. Maeva a une particularité : elle est née sans membres inférieurs. Elle est donc handicapée moteur.

Quand je l’ai retrouvée, elle avait fondé une famille. Maeva avait porté un enfant et l’avait mis au monde. Clara avait donc 2-3 ans à ce moment-là. Il y a aussi le papa, je le précise.

Mon regard sur le handicap est neutre. Je n’ai jamais eu de problème avec le handicap de Maeva. Je ne regarde pas les gens à travers le prisme de la différence, quelle que soit cette différence. C’est peut-être cela l’inclusion.

Comment j’ai eu l’idée d’écrire une histoire sur l’inclusion et le handicap ?

Un jour, alors que je leur rendais visite, Clara s’est mise à danser en écoutant de la musique. Je l’ai observée et j’ai réalisé que tout son corps en mouvement faisait contraste avec celui de sa mère. Je me suis demandée comment Maeva percevait le corps de sa fille, les perceptions de son enfant sur son handicap à elle et tout un tas de questions dans ce genre.

Nous en avons parlé avec Maeva. Elle a évoqué un instant de vie en bord de mer et c’est ce qui a inspiré l’écriture du 2e récit de vie de mon histoire pour enfants. Les côtoyant de temps en temps, j’ai eu l’occasion ensuite de les croiser en promenade. Maeva était en fauteuil évidemment et Clara sur son vélo rose à petites roues. Je me suis imprégnée de cette promenade pour raconter la 3e tranche de vie.

Rapidement après avoir vu Clara danser dans la cuisine en ma compagnie, j’ai écrit la première partie de l’histoire et une idée succincte pour la partie sur le bord de mer.

J’ai pu faire lire à Maeva ce que j’avais rédigé. Elle a aussitôt aimé l’idée de mouvement que j’avais traduite. Je lui fis part de mon intention d’écrire une histoire véritablement. Elle m’y encouragea. Instinctivement j’ai su que j’écrivais une histoire pour enfants. L’intuition m’a guidée comme toujours. J’ai aussi voulu opter pour l’anonymat de Maeva et Clara en adoptant ces pseudonymes pour mes personnages de fiction.

Maeva et Clara, l’écriture de l’album jeunesse

Pour des raisons diverses, j’ai laissé de côté l’écriture de cette histoire après une première version inachevée. Je l’avais écrite sur un cahier et j’avais dessiné l’image unique que vous voyez aujourd’hui dans l’album pour la jeunesse.

Fin 2020, je décide de finir de d’écrire un certain nombre d’histoires. L’objectif était notamment de voir si je pouvais les publier. Bref, je suis étonnée fin 2020 que les éléments de ce récit soient toujours frais dans mon esprit d’autrice. C’est-à-dire que je me souviens de ce que je voulais transmettre dans mon texte et faire ressortir de la relation Maeva/Clara.

Il s’agissait de mettre en avant la perception de Maeva par rapport à sa fille valide, une maman handicapée moteur face au corps de sa fille qui se meut entièrement.

Et d’un autre côté, je m’interrogeais sur la perception de Clara de sa mère handicapée. Il est aussi question des limites qu’elle essayait de franchir en testant sa mère.

J’ai écrit à l’affilée le moment qui se déroule en bord de mer et celui sur la balade en vélo.

Voici donc un premier jet de mon album jeunesse ! Je me suis mise dans ma bulle avec pour objectif de faire de ce récit quelque chose de juste en termes de ressenti, de perception du handicap, et surtout en essayant de coller au ressenti de Maeva et de la réalité. J’y ai ajouté ma sensibilité et ma propre compréhension des événements.

La structure narrative de mon album jeunesse Maeva et Clara

La structure narrative de l’histoire en elle-même est constituée de 3 paragraphes avec une alternance de voix entre Maeva et Clara.

Chaque épisode se clôture par une phrase énoncé par Maeva. Elle permet de voir le chemin parcouru et l’avenir. Ce sont des phrases presque philosophiques ; une manière de prendre du recul sur les événements. Ces 3 formules de mon album intitulé Maeva et Clara appellent à la réflexion.

La forme passive s’est imposée à moi dans la narration. Il n’y a pas de dialogue dans mon album. C’est l’histoire d’un regard extérieur sur une maman handicapée, à travers le prisme de la maternité et de la différence. On entrevoit dans cette histoire l’avenir, qui porte ses inquiétudes et ses espoirs aussi.

Je suis ici :
Carole Bessiere
Rédactrice de contenus web, autrice de fiction, community manager, relectrice et correctrice.