De la botanique à la nature en ville, 8 livres écolos pour les enfants

De la botanique à la nature en ville, 8 livres écolos pour les enfants
De la botanique à la nature en ville, 8 livres écolos pour les enfants

Des imagiers pour bébés aux livres de botanique élaborés, la littérature jeunesse a su faire une grande place à mère nature. J’ai voulu aborder ce thème dans les livres jeunesse pour montrer toute la palette de possibilités de lecture.

Vous trouverez notamment des albums en partie documentaire et des albums qui s’interrogent sur le devenir de la nature en ville et plus largement de la planète.

Les livres jeunesse de botanique classique

Au-delà de l’herbier qui peut faire partie des livres jeunesse nature pour premiers âges, les livres de botanique plus élaborés sont un vrai plaisir. Entre documentaire et fiction documentée, il y a de la place ! Je vous présente dans cette rubrique de livres de botanique, 2 documentaires sur les plantes très différents.

Eau salée de Émilie Vast est un documentaire au format à l’italienne, très épuré. Il mêle faune et flore dans des petites mises en scène simples comme des coupes de profil d’une plage. Les couleurs douces et l’absence de fioritures concentrent le regard vers l’essentiel. Émilie Vast,  l’autrice de Eau salée a créé son documentaire en doubles pages illustrées sans texte, suivies d’une double page explicative.

C’est un livre doux à tous points de vue. Il va à l’essentiel.

Eau salée album

Une dent de lion dans mon jardin, bestiaire botanique de Véronique Cauchy chez A2Mimo

Ce livre se décline sur un fond noir. Il fonctionne sur la base de doubles pages autour de plantes qui ont des surnoms d’animaux. Exemple : dent de lion (pissenlit). Les feuilels découpées ressemblent  aux dents d’un lion.

Disons-le de suite, pour identifier des plantes, ce n’est pas l’idéal. 11 végétaux sont présentées aux enfants sur 4 pageschacun, y compris aussi l’animal qui est son binôme.

La composition est la suivante  pour la plante :

  • Dessin,
  • Anecdote,
  • Rubrique écologie,
  • À savoir dans l’assiette.

Et enfin, on trouve une histoire contée.

Ce livre est original de par son approche. Il sera en définitive un objet de curiosité pour enfants déjà grands.

Une dent de lion dans mon jardin extrait
Une dent de lion dans mon jardin, un herbier original

Les albums de botanique enrichis d’une histoire

Parmi les livres jeunesse nature, certains sont basés sur la littérature classique pour enfants. En voici un aperçu.

 

L’herbier du Petit Poucet de Laurent Audouin chez Plume de Carotte

Ceci est un livre à l’envers : l’histoire est à la fin et la partie documentaire débute ce livre sur les plantes. Du côté du documentaire, l’auteur a laissé les pages de droites vierges pour permettre aux enfants de dessiner. Et côté gauche, on retrouve par exemple pour  l’aubépine :

  • Une photo de la plante,
  • Une description physique de base,
  • Des anecdotes,
  • Une recette de cuisine.

Certains éléments peuvent varier d’un végétal à l’autre.

S’ensuivent les fiches de l’aulne, le bouleau, le buis, le charme, le châtaignier, le cornouiller, l’églantier, l’épicéa, l’érable, le frêne, le fusain, le hêtre, le houx, le merisier, le noisetier, le sapin, le saule, le sureau.

L’herbier du Petit Chaperon rouge est basé sur le même principe. Vous lirez plus ce livre pour son herbier que pour l’histoire de fin, qui est à mon goût sommaire.

L'herbier du Petit Chaperon rouge
L'herbier du Petit Chaperon rouge

Les albums sur la nature en ville

Kimiko et le botaniste de Hideko Ise chez Seuil Jeunesse

Une petite fille japonaise aime à se balader dans un jardin botanique de Paris, son carnet de dessins sur le dos. Elle se fait houspiller par le gardien. Le botaniste du jardin la croise furtivement, car elle s’enfuit. On retrouve en parallèle le botaniste et son lieu de travail, puis ses visites au jardin et l’enfant pressée et espiègle.

Elle est prise en flagrant délit de cueillette de plantes. Or, cela est interdit. Elle avoue que cela est un cadeau pour son grand-père. Ainsi commence la relation entre le botaniste et la petite fille. Il lui fait visiter son lieu de travail, sa mission et lui donne des graines de tournesol. Les saisons passent et la petite fille se met à jouer les guides auprès de touristes. Elle est désormais admise au jardin et même dans le potager. Avant de repartir dans son pays, elle laisse tous les dessins dans le jardin et le botaniste aura l’idée de les exposer.

Citation : « Chacun porte un arbre dans son cœur. »

Cet album est superbement illustré à l’aquarelle. Il montre les saisons au jardin et en cela, il est pédagogique. Le récit est très poétique et apaisant. C’est une vraie exploration au cœur du végétal. Il incite à respecter les végétaux et à les observer. C’est aussi, une ode aux parcs citadins. L’écriture est poétique.

Kimiko et le botaniste, album

La maison qui fleurit de Kang-mi Yoon chez Rue Du Monde

L’album débute par une ville vue de l’intérieur par une petite fille. Elle vit dans un immeuble et a une vue privilégiée sur ce qui se passe à l’extérieur. Or, justement, la ville est en travaux : on déracine massivement des arbres.

Cette petite fille ne peut pas sortir à cause de la pollution. On la voit entourée de plantes saines et fleuries. Le contraste entre l’intérieur et la ville est criant.

Alors, elle s’occupe en dessinant une ville. Mais cette ville, elle l’imagine différente de ce qu’elle voit. Elle crée des immeubles végétalisés, des robots qui dépolluent, des serres et tout un écosystème écologique. Elle y recrée même une espèce d’arche de Noé. Comme qui dirait, elle refait le monde à sa convenance selon ses rêves.

Le sujet de ce livre jeunesse est criant d’actualité : dans quel monde vont vivre les générations à venir d’un point de vue écologique ? L’album prône une ville végétalisée et globalement du respect des êtres vivants. La petite fille se fait architecte d’un monde plus sain et socialement équitable.

La maison qui fleurit, album
La maison qui fleurit, album

Les jardins suspendus de Philippe Lechermeir chez Gautier-Languereau

Voici une ville au milieu du désert, desservie par un fleuve. Les constructions sont serrées dans cette ville très peuplée. Petit à petit, les habitants se mirent à jardiner et créer des extensions à leurs logis. Ces espaces de verdure deviennent de nouveaux lieux de vie communautaire.

Mais au fur et à mesure, les jalousies apparaissent. 2 enfants, Kay (garçon) et Anja (fille) se retrouvent en toute quiétude dans un jardin, loin des disputes. Hélas, un jour, Anja offre un beau bouquet de fleurs à Kay. Celui-ci le jeta et s’enfuit.

Progressivement, l’eau se raréfia dans la ville.

Personne n’arrivait à retrouver  Kay ni à comprendre pourquoi l’eau manquait ! S’ensuivit un périple au cours duquel Anja partit à la recherche de Kay au-delà du désert. Elle vit des migrations à cause de l’eau à travers le désert. Puis son voyage la mena au bord d’une immensité aquatique. À côté, un jardin extraordinaire poussait. Tout y était gigantesque. En la parcourant, Anja entendit un bruit. C’était Kay qui était blessé au fonds d’une termitière. Il expliqua qu’il voulait un jardin plus beau que celui d’Anja et pour ce faire, il, avait bouché le fleuve.Anja l’aida et ensemble ils débouchèrent le fleuve.

Citation « Certains jours, si vous ramassez par terre un pétale coloré ou si vous sentez dans l’air un parfum délicieux, peut-être feriez-vous mieux de  lever les yeux au ciel. »

Morale : Un jardin peut avoir plusieurs fonctions. On voit tout l’intérêt de ce qu’il peut apporter, se nourrir, être heureux, se rencontrer…

Mais l’album parle aussi d’un problème secondaire, l’apport crucial de l’eau et la dépendance à l’irrigation. Les conséquences de la sécheresse sont bien dépeintes, une végétation qui meurt, un peuple qui ne peut plus vivre et migre. En cela, la question du réchauffement climatique est abordée, mêle si des régions du monde vivent déjà ce phénomène. Et l’album traite indirectement de la végétation en ville et de son apport dans les métropoles et mégapoles.

Les jardins suspendus, album
Les jardins suspendus, album extrait

Deux jardiniers de Fabienne Roulié chez Éditions Chocolat jeunesse

Le dernier livre de ma sélection livres jeunesse nature sur la botanique met l’accent sur la supériorité de la nature sur l’homme. En effet, l’album montre à quel point, les végétaux sont indépendants de toute action de l’homme.

L’ours et le singe cherchent à planter des graines. L’un plante des fleurs bleues et l’autre des graines de tournesol. Chacun envie l’autre au moment de voir le résultat. Mais la météo s’en mêle et les choses se gâtent. L’hiver arrivant, les 2 animaux se mettent à l’abri. Le printemps suivant, c’est la surprise. Un champ de fleurs et de tournesol les attendent.

On trouve dans cet album les notions d’entraide et de patience. Les 2 animaux ne savent pas comment jardiner, mais la nature se charge de tout.

Deux jardiniers, album

Et pour aller plus loin , vous pouvez accéder à mon album jeunesse, Le galet qui cherchait sa rivière sur une thématique écologique.

Je suis ici :
Carole Bessiere
Rédactrice de contenus web, autrice de fiction, community manager, relectrice et correctrice.