Des haïkus d’après nature, une expérience d’écriture

Après une année 2021 de création d’haïkus illustrés par des photos de fleurs blanches, j’ai choisi un thème généraliste en 2022 : la nature. Aux détours de chemins parfois anodins, la magie opère souvent. Il ne s’agit alors en tant qu’autrice, que d’observer et d’être inspirée pour écrire un poème.

Quelles soient de moi ou qu’on m’en fasse cadeau avec donc un œil différent du mien, peu importe.

Ainsi, ce premier haïku m’est naturellement venu avec la vision d’un arbre et de sa racine enjambant un ruisseau tel un pont ou une jambe. Pour info, la photo a été prise en Haute-Garonne. Que la nature est bien faite. Il suffit de la parcourir, cahier et appareil photo en main pour immortaliser ces détails originaux. La nature offre un refuge à tout rêveur ou tout poète. Le marcheur est un peu des deux ! Et le passage des saisons renouvelle l’observation et la surprise. En somme, un éternel renouveau garantit une créativité sans limites.

L’impact de l’image est pour moi aussi important que le poids des mots. Dès lors, une photo illustrée d’un haïku est un excellent duo créatif. J’espère vous faire découvrir des petits riens, doux aux yeux et à l’âme. On n’a jamais assez trop de moments de relâchement et de poésie !

Un haïku, une photo, comment je compose mes poèmes ?

La photo est un immense stimuli visuel pour moi. J’emploierai des photos non retouchées et qui m’auront «tapé dans l’œil». Il m’arrive d’écrire un haïku très rapidement, mais ce n’est pas systématique. Parfois je dois laisser mon imagination vagabonder et il est nécessaire que je sois dans un état méditatif approprié.

Tiens d’ailleurs, quel est le moment où je suis le plus créative ? Sans nul doute, le matin tôt, puis le soir. Les heures médianes de la journée ne me réussissent pas

Quand je suis « lancée », voici comment j’écris mes poèmes.

Comment créer un haïku ?

De prime abord, je peux avoir l’idée générale et pas tout de suite le haïku définitif. La mécanique des mots, des sonorités vient après.

Dans mon premier haïku de l’année 2022 par exemple, le mot « ru » m’a permis de mieux m’exprimer puisque le mot est moins long que « ruisseau ». La règle étant des vers de 5/7/5. « Ru » est un mot bien connu des cruciverbistes, moins poétique mais pratique car court. Souvent les haïkus emploient des mots courants, simples.

Suis le chemin,

Le ru tend le pied pour toi,

Racines à nu.

haïku ruisseau

Est-ce que j’écris un haïku ou plusieurs ? La plupart du temps, un haïku unique me suffit. Mais pourquoi composer des variantes ou même des haïkus en plusieurs strophes ! Je l’ai déjà fait.

J’aurais pu donc à cet effet me concentrer sur l’effet « pont » de la racine de l’arbre comme on me l’a suggéré à posteriori. Qu’aurais-je écrit alors ?

Peut-être ceci :

Filet d’eau fraîche,

Sur le pont au pas de pied,

une passerelle.

 

Vous préférez lequel ? Et vous qu’auriez-vous composé ? N’hésitez pas à faire une suggestion de haïku en commentaire de cet article de blog

Je vous explique maintenant comment la mécanique des mots se met en place dans mes haïkus

Les structures de mes haïkus

Il est indéniable qu’ils racontent une micro histoire. Il m’arrive d’intégrer une phrase conjuguée. C’est le cas ici (Le ru tend le pied pour toi). Dans le 2e haïku proposé, une suite de vers indépendants se suivent mais sont liés par le sens.

Je n’aime pas forcément être enfermée dans un style d’écriture et laisse libre cours à mon imagination. La beauté doit transparaître avant tout dans l’ensemble et encore plus dans l’harmonie photo/poème.

Donc nous voilà partis pour une série de poèmes inspirés en cette année 2022 !

Retrouvez d’autres haïkus de ma plume sur mon site aucoeurdesmots.

Je suis ici :
Carole Bessiere
Rédactrice de contenus web, autrice de fiction, community manager, relectrice et correctrice.