POÉSIE EN VRAC

Je rêve de toi

 

Je rêve de toi ce matin,

si peu, si loin.

Je me souviens d’un orteil noble,

aussi noble que le drap

sur lequel il reposait.

 

Noble comme peut l’être

une statue de marbre,

noble comme le pied d’un illustre inconnu,

immortalisé à jamais sur la toile.

 

Je rêve de toi ce midi,

aussi bien, aussi fort.

Je me souviens d’un souffle long,

aussi long que le vol de l’hirondelle

planant dans le ciel.

 

Long comme l’attente

et la promesse que tu m’as faite,

long comme le souvenir

de toi entre deux rêves étourdis.

 

Je rêve de toi ce soir,

malgré moi, malgré tout.

Je me souviens d’un mot bref,

aussi bref que la vie d’une illusion,

à peine formulée.

 

Bref comme la demi-mesure

entre deux notes reprises à la volée,

bref comme un soupir aux accents noirs,

perdu dans la partition.

 

@CaroleBessiere

Tous droits réservés.